Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Foyer de Cachan

Le mot de la présidente

Le Foyer de Cachan, un siècle d’engagement et d’innovation au service de jeunes en difficulté sociales, scolaires ou familiales.

150 000 jeunes sortent chaque année du système éducatif sans diplôme, les trois quarts sont au chômage, c’est l’un des plus grands drames de nos sociétés modernes, l’une des causes les plus impérieuses et probablement l’un des défis les plus importants des années à venir.

Le Foyer de Cachan se bat depuis plus d’un siècle pour leur permettre de retrouver confiance en eux, de se projeter dans une vie maîtrisée car choisie.

Les nouvelles pédagogies, le suivi attentif et personnalisé par des éducateurs spécialisés, l’épanouissement dans des activités périscolaires où ils peuvent s’exprimer de façon personnelle et le choix d’enseignements qui leur font découvrir le monde du travail et donner une forme concrète à leur projet, sont les convictions qui nous animent. 

La réussite au bout du parcours

Depuis plus d’un siècle, le Foyer de Cachan s'inscrit dans    une histoire qui est celle des bouleversements sociaux, culturels et économiques qui ont jalonnés le XXème siècle et le début du XXIème.

Projet de solidarité, orphelinat, école, internat, résidence pour étudiants, il a franchi bien des étapes pour parvenir à son état actuel, car les crises économiques et sociales qui ont succédé aux guerres, produisent elles aussi leur lot de jeunes, doués, volontaires mais en manque de repères.

Fidèle aux valeurs de solidarité et de laïcité affichées de ses fondateurs, le Foyer de Cachan continue à accueillir, former, insérer des jeunes en mal de confiance à qui nous permettons

 

Un peu d’histoire…

 

Dès 1888, des fonctionnaires des PTT fondent l'Orphelinat des Sous-Agents et Ouvriers des PTT, une association en faveur des orphelins de guerre de leur institution. Lorsqu'éclate la Première Guerre mondiale, des pertes humaines sans précédent laissent de nombreux enfants sans soutien de famille. Allié au Soutien Fraternel, autre association caritative des PTT, l'Orphelinat commence à collecter des fonds destinés à ouvrir un lieu d'accueil pour les enfants. L'aide directe aux familles ne suffisant plus, la construction d'un véritable orphelinat est décidée en 1915. Fin 1917, l'opération se concrétise par l'acquisition en proche banlieue parisienne d'un terrain de cinq hectares, que le Foyer de Cachan occupe toujours.

 

1923-1945 : l'impact de deux Guerres mondiales

Si la Première Guerre mondiale ralentit les projets, elle rend aussi les orphelinats plus nécessaires que jamais. De 1919 à 1921, le chantier de construction de l'Orphelinat des Postes et Télécommunications avance de pair avec les démarches administratives.

Un arrêté ministériel autorise officiellement l'accueil de 270 orphelins, et l'association à la base du projet est reconnue d'utilité publique. Au printemps 1923, enfin, une centaine de jeunes garçons font leur entrée dans un orphelinat tout neuf. Les travaux d'aménagement se poursuivent jusqu'en 1925, notamment pour les infrastructures sportives.

Il faudra attendre 1933 pour voir les effectifs atteindre régulièrement le maximum autorisé. Déjà, le public évolue : avec l'éloignement de la Première Guerre mondiale, au cœur de cible que constituent les orphelins de guerre des PTT se joignent d'autres orphelins, des Pupilles de la Nation et des « jeunes gens non orphelins, mais dignes d'intérêt ». Le soutien aux familles se poursuit par ailleurs, sous la forme de livrets d'épargne.

Lorsque survient la Seconde Guerre mondiale, le Foyer tourne au ralenti. Brièvement réquisitionné par les troupes françaises comme hôpital militaire, puis par les troupes allemandes comme casernement provisoire, les locaux sont rendus à leur vocation première dès la rentrée 1940. Effectifs réduits, locaux réorganisés en fonction des pénuries, développement de l'autosubsistance : le Foyer de Cachan subit de plein fouet les dommages de l'économie de guerre, mais poursuit inlassablement enseignement et présentation aux examens.

 

Trente Glorieuses et Trente Studieuses

Avec l'arrivée des années 50, le Pays et le Foyer redémarrent. Tout se développe : enseignement, équipements, vie sportive, activités culturelles.

Les filles font leur entrée au Foyer, dans leurs propres locaux car la véritable mixité n'est pas encore de mise. Leur arrivée marque aussi le début des formations tertiaires et le développement des préparations au baccalauréat, visé par un nombre croissant d'élèves. Travaux, innovations et rénovations au profit de la petite communauté se poursuivent dans les années 60. L'individualisme qui s'impose progressivement dans les années 70 les accélèrent même: avec l'évolution des mentalités, des chambres de deux à quatre élèves remplacent bientôt les dortoirs.

À l'opposé de l'image désuète des établissements anciens, particulièrement les internats, le Foyer de Cachan investit pour être de « son temps ». Il aborde ainsi sereinement l'informatisation à marche forcée des années 80. Loin de l'équipement hâtif en matériels rapidement inutilisables constaté dans de nombreux établissements, le Foyer de Cachan se dote de matériels de pointe, coûteux mais durables, et surtout aptes à accompagner les élèves jusqu'à la génération d'équipements suivante.

La numérisation touche aussi les ateliers, qui se voient progressivement dotés de machines-outils à commande numérique. Là aussi, le Foyer continue à se doter d'équipements rares, gage du sérieux et de la valeur concrète des formations dispensées. À la fin des années 80, le Lycée Professionnel fait ainsi autant figure de référence en matière d'équipement que dans les années 30. Les autres disciplines ne sont pas négligées pour autant : en plus d'une salle de sciences entièrement rénovée, le Foyer s'équipe d'un laboratoire de langues d'une trentaine de postes.

Dans les années 90, c'est l'organisation qui est revue, aussi bien côté scolaire avec la réforme de l'enseignement secondaire que côté associatif. En effet, le Foyer de Cachan doit composer avec la réforme des PPT, et le changement progressif du statut de La Poste et de France Telecom. Cela se concrétise par une modification des structures de décision et le passage à une politique de communication active. Les enseignements proposés, comme c'est le cas depuis les origines, continuent à évoluer en fonction de la demande. Équipements et locaux évoluent eux aussi en conséquence, tandis que se poursuivent le développement et la mise aux normes des bâtiments.

 

Une vocation d’établissement scolaire

Tout au long de l'évolution historique du Foyer se dessine parallèlement une évolution pédagogique. À l'origine, les internes fréquentent des écoles de la ville de Cachan, mais le Foyer se dote rapidement de ses propres structures d'enseignements généraliste et professionnel. En 1964, Le Foyer de Cachan passe sous contrat avec l'Éducation Nationale.

La filière généraliste vise alors l'incontournable Certificat d'études, alors que les cursus professionnels s'orientent vers les métiers techniques, notamment ceux dont les PTT ont grandement besoin. La qualité de l'enseignement et des équipements font rapidement la renommée de l'établissement. Les objectifs en matière de diplômes et de formations qualifiantes évoluent en permanence, et c'est progressivement le baccalauréat, généraliste ou professionnel, qui devient la référence. La professionnalisation des filières et leur adaptation aux besoins du marché de l'emploi se poursuit, tant dans les domaines technique que tertiaire. Corollaire du partenariat avec l'Éducation Nationale, le Foyer peut dégager des ressources qu'il pourra consacrer à l'encadrement pédagogique des élèves en-dehors des heures de cours, mettant avant l'heure l'accent sur les méthodes de travail autant que sur le contenu pédagogique.

 

Un nouveau siècle prometteur

En 2013, l'ouverture d’une Résidence pour Étudiants marque à la fois l'aboutissement d'une évolution et l'aboutissement d'un cycle.

Le Foyer de Cachan va désormais promouvoir l’accueil de lycéens de filières  professionnelles et d’étudiants, chacun pouvant aider l’autre dans son parcours.

Le Campus de la Réussite

Enfin, 2016 voit la création d’un institut de formation destiné à tous et en particulier aux jeunes en recherche d’un premier parcours diplômant après l’échec de leur scolarité.

Cet engagement pour la lutte contre le décrochage scolaire est plus que jamais la raison d’être du Foyer de Cachan.

En organisant aujourd’hui la mixité sociale, la mixité des parcours et la mixité de générations de jeunes, le Foyer de Cachan veut écrire sa prochaine page,

Avancement de la collecte
Avancement de la collecte

 

38

100 000€ 

Rénovation et mise aux normes du plateau technique de la filière Electrotechnique

Le rectorat nous demande de mettre aux normes le plateau d'électrotechnique permettant de réaffirmer le caractère professionnel du bac pro [...]

Faites un Don

Voir les autres projets

Par admin at 13/02/2017 14:10 |